DIALOGO ISLAMO CRISTIANO

CONOSCERSI PER CONVIVERE E COSTRUIRE LA PACE

 

HOME   ARTICLES   REFLECTIONS   CONTACTS


 

LES CHRÉTIENS DANS LE MONDE ISLAMIQUE

CRISTIANI NEL MONDO ISLAMICO

1/08 -2008

Cher Dr Romano :

Il y a des difficultés invisibles pour les Occidentaux qui poussent les chrétiens à émigrer vers l'Occident. Dix millions au siècle dernier ! Un chiffre même publié par Magdi Cristiano Allam. Je suis attentivement sa chronique et cela m'attriste qu'avec son langage diplomatique, elle évite le cœur du problème et que les exemples qu'elle cite ne reflètent pas la réalité. Je comprends que vos contacts restent à un certain niveau qui ne reflète pas la substance qui apparaîtrait si vous étiez autorisé à contacter les personnes concernées. La présence d'églises construites pour la plupart avant la guerre cache l'oppression sociale et les lois discriminatoires en vigueur. Un exemple:

En Égypte, la construction de temples et d'églises est interdite, à moins que dix conditions difficiles à mettre en œuvre n'aient été remplies. Un édit du calife Omar 639 après J.-C. régit toujours les relations entre musulmans et chrétiens et l'autorisation de construire des lieux de culte chrétiens. Confirmé par un décret du ministère de l'Intérieur en Egypte en février 1934, qui cite les 10 conditions pour pouvoir délivrer un permis de construire. La réparation du mur d'une église nécessite l'autorisation du Président de la République, mais dans la plupart des cas les interdictions sont détournées par la bonne volonté des responsables locaux mais toujours susceptibles de chantage. Le culte religieux doit cependant rester discret.

Le cœur des contrastes entre l'Occident et le monde islamique, contrastes apparemment invisibles aux yeux d'un Italien non informé, sont les droits et devoirs des citoyens non musulmans codifiés par la loi sur le statut personnel. En fait, la source divine de la loi coranique, la liberté de choix religieux, l'égalité entre les citoyens et les droits des femmes sont les points de contraste les plus frappants de tous les pays arabes avec la culture occidentale. Personnellement, je pense que la véritable révolution culturelle dans le monde arabe doit passer par les femmes et que nous, les immigrés occidentaux, avons le devoir d'attirer l'attention du public sur ces contrastes qui sont invisibles à l'œil nu.

Monsieur Romano, étant donné la résonance de votre chronique, j'espère qu'à votre retour, vous serez en mesure d'évoquer ou, mieux encore, de souligner la situation des droits de l'homme dans le monde arabe, non pas tant la construction d'églises ou la réciprocité, que les droits humains. Je vous remercie.

 Joseph Samir Eid

p.s.le rapporte un de mes articles sur le sujet publié par Popoli sur POPOLI en février 2005 rapporté ici :

http://www.ildialogo.org/dialogofedi/patriarcaticristiani21022005.htm

 

La lettre du jour |Dimanche 3 août 2008

CHRÉTIENS EN ISLAM RESPONSABILITÉ DE L'ITALIE

L'affirmation selon laquelle il y a des églises chrétiennes dans les pays islamiques peut également être vraie, comme il est vrai qu'il y a des évêques, des héritages apostoliques et des prêtres. Ce que vous avez omis de préciser, cependant, ce sont les conditions de vie que les chrétiens de la plupart des pays islamiques sont contraints de supporter, en particulier au Moyen-Orient. Certains exemples valent plus que de longs discours. A Alep, en Syrie, en l'espace de quelques années, les chrétiens ont été réduits à quelques milliers et, à cause de la persistance de l'oppression actuelle, ils sont destinés à disparaître. Au Liban, comme l'a déclaré l'actuel Patriarche de l'Eglise de ce pays, l'exode des Maronites, des Orthodoxes et des Catholiques se poursuit sans cesse. Les chrétiens d'Irak sont continuellement persécutés et condamnés à mort selon la charia, comme en témoignent les nombreux réfugiés irakiens vivant en Italie.

Même l'Égypte, un pays qui a fait des progrès, a rendu difficile la survie des chrétiens coptes. Ils doivent cacher leur foi, sinon ils sont marginalisés et, par conséquent, ils ne peuvent pas travailler pour gagner leur vie. J'ai pu le constater par moi-même grâce à des témoignages directs lors d'un séjour à Charm el-Cheikh. Je pourrais continuer sur le même sujet, toujours avec des faits et des actions antichrétiennes constatés en Iran, en Turquie, en Algérie, au Pakistan, au Soudan, etc. Ce n'est pas la construction de certaines églises, comme le montre votre réponse, qui peut déterminer les pays islamiques comme tolérants.

Quand ces églises sont vides parce que les fréquenter peut coûter la vie, peut-être vaut-il mieux ne pas les construire.

Gabriele Murra, Bolzano

 Cher Murra,

Je n'ai pas dit que les pays islamiques sont tolérants.

Je me suis limité à expliquer pourquoi le principe de réciprocité est difficile à appliquer dans les circonstances que j'ai décrites. Et j'ai ajouté qu'un pays démocratique, fondé sur la tolérance, ne peut échouer dans ses principes sans se trahir lui-même.

Il y a cependant des arguments dans votre lettre qui suggèrent une certaine réflexion.

Il est certainement vrai que les chrétiens, dans certains pays musulmans, sont victimes de traitements injustes et privés de certaines libertés fondamentales.

Mais les cas que vous avez énumérés sont très hétérogènes. En Syrie, il y a quelques mois, j'ai été très favorablement frappé par deux facteurs : l'hospitalité accordée par les autorités syriennes aux réfugiés irakiens (dont beaucoup sont chrétiens) et l'existence d'un quartier à Alep où il y a des églises représentant tous les cultes chrétiens du Levant. Au Liban, j'ai récemment rencontré le Patriarche des Maronites, Nasrallah Boutros Sfeir, dans son palais de Bkirki, sur les pentes des collines qui montent vers le Mont Liban. J'ai appris de lui qu'un million de Maronites ont quitté le pays pendant les longues années de la guerre civile. Ils ne sont toutefois pas partis parce qu'ils ont été victimes d'une discrimination et de persécutions particulières.

Ils ont quitté un pays en guerre parce que, contrairement à d'autres groupes religieux, ils pouvaient compter sur la solidarité d'une importante diaspora maronite (environ huit millions de personnes), désormais heureusement installée en Europe, en Amérique et en Australie.

Je vous rappelle qu'au Liban, malgré la chute brutale de la composante chrétienne, la constitution matérielle prévoit toujours que le Président de la République (le dernier a été élu par le Parlement il y a deux mois) soit un maronite. Le cas irakien est certainement le plus douloureux. J'ai rencontré à Damas des réfugiés assyriens et chaldéens qui ont été maltraités, victimes de chantage, forcés de choisir entre l'exil et la mort. Mais il convient de rappeler que dans l'Irak de Saddam Hussein, ces mêmes chrétiens pouvaient librement professer leur foi et exercer leurs activités économiques. Le drame des communautés chrétiennes irakiennes a commencé avec l'invasion américaine du pays au printemps 20CONOSCERSI PER CONVIVERE E COSTRUIRE LA PACE.

En Egypte, les Coptes représentent environ 6% d'une population de 71 millions d'habitants.

Il y a eu des incidents et des affrontements sanglants avec des groupes islamistes radicaux, en particulier pendant la campagne électorale pour le renouvellement par l'Assemblée du peuple. Et le gouvernement est peut-être moins libéral envers eux qu'il ne l'était dans le passé. Mais les Coptes continuent d'occuper des positions importantes dans la société égyptienne.

Ils occupent des postes gouvernementaux et une grande famille de la communauté - les Sawiris - contrôle Orascom Telecom, l'une des plus grandes entreprises de télécommunications de la Méditerranée.

Une dernière remarque. Le critère de réciprocité ne s'applique qu'aux cas où les intérêts légitimes des États sont en jeu. L'État italien a le droit et le devoir de défendre ses citoyens à l'étranger et de veiller à ce qu'ils ne fassent pas l'objet de mesures discriminatoires.

Mais elle ne peut s'occuper des chrétiens en tant que tels, sauf au nom de principes idéaux et dans le cadre d'éventuelles conventions internationales.

Il n'est pas "défenseur de la foi", "protecteur des fidèles" ou "gardien des lieux saints". S'il se comportait comme tel, il serait un État confessionnel, c'est-à-dire une institution dont de nombreux Italiens préféreraient ne pas être citoyens.

                                                                 

                                                                                     Giuseppe Samir Eid

 

Libre traduction de l’italien par internet

 

Les articles publiés visent à fournir les outils d'une inclusion sociale des flux migratoires, à mettre en lumière les droits de l'homme et les conditions de vie des chrétiens dans le monde islamique dont l'auteur est issu. La connaissance de l'autre, des différences culturelles et religieuses sont des ingrédients essentiels pour créer la paix dans le cœur des hommes partout dans le monde, condition préalable à une coexistence pacifique et à une citoyenneté convaincue sur le territoire.