DIALOGO ISLAMO CRISTIANO

CONOSCERSI PER CONVIVERE E COSTRUIRE LA PACE

 

HOME   ARTICLES   REFLECTIONS   CONTACTS


 

PATRIMOINE CULTUREL ARABE CHRÉTIEN

PATRIMONIO CULTURALE CRISTIANO ARABO

Ed. La Scuola - 12-1996

 

Il peut être utile de se rappeler que les musulmans, venant d'Arabie, se sont installés au Moyen-Orient vers 640 après J.-C. Les chrétiens ont plutôt occupé ces terres depuis les premiers jours de l'expansion du christianisme.

1. Arabes : musulmans ou chrétiens ?

Peut-on donc parler d'Arabes ou de musulmans ? Clarifions tout d'abord ce que l'on entend par le terme arabe. En Occident, les mots arabe et musulman sont souvent utilisés indifféremment, comme s'ils étaient synonymes et qu'il y avait une coïncidence de sens entre les deux expressions. Mais les choses sont différentes. Le terme arabe désigne une zone géographique et culturelle, et non une identité ethnique, ni l'appartenance à une confession religieuse.

L'arabité correspond donc à une appartenance linguistique, culturelle, politique et historique : les chrétiens font partie intégrante du monde arabe et, de même que les musulmans ne sont pas plus arabes que les chrétiens, les chrétiens ne le sont pas moins que les musulmans.

L'homogénéité linguistique et culturelle des pays que nous appelons aujourd'hui les pays arabes est le résultat de l'expansion de l'Islam. L'islamisation a imposé à différents peuples l'arabisation et, dans la plupart des cas, l'adoption d'une même langue. L'élément arabe d'origine est maintenant une minorité dans le monde musulman : seulement 15-20 % du total. Le pays musulman le plus peuplé aujourd'hui est l'Indonésie : environ 88 % de la population, dont environ 191 millions de personnes, se déclare adepte de Mahomet (The World Almanac, Pharos Books, NY, 1992, p.725). Ce chiffre correspond à l'ensemble de la population arabe qui se définit comme musulmane.

Il faut ajouter qu'environ 10% des Arabes sont maintenant de religion chrétienne. A la lumière de ces observations, les frontières du concept d'arabité s'étendent. Bien que l'Occident ne fasse pas parfois la distinction entre les Arabes et les musulmans, et de même pour l'Européen moyen, il est nécessaire d'atteindre une clarté maximale.

Les chrétiens vivant au Moyen-Orient sont souvent considérés comme des intrus. En fait, l'élément chrétien de ces terres est autochtone. Un exemple en est la communauté copte en Egypte, qui recueille l'héritage de la civilisation égyptienne, passe par l'expérience d'abord hellénistique puis chrétienne et donne naissance à des personnages de grande importance : Origène et Athanase, Cyrille et les grands pères du monachisme oriental, comme saint Antoine, dont le monastère se dresse à l'entrée du Canal de Suez. Nous nous souvenons, au Moyen-Orient, des communautés syriennes, orthodoxes, melkites dans la région palestinienne, maronites au Liban.

Le manque de clarté dans la distinction entre les termes arabes et musulmans, représente pour les chrétiens du Moyen-Orient un grave dommage culturel.

2. Notes historiques

Avant la conquête musulmane, commencée au VIIe siècle par Mahomet et complétée par ses successeurs, deux cultures se distinguaient dans le Moyen-Orient majoritairement chrétien : hellénistique et syriaque. Dans ce dualisme culturel présent dans la sphère chrétienne, la véritable civilisation arabe a son origine et son développement.

Les historiens disent que déjà quelques siècles avant l'avènement de l'Islam, au Moyen-Orient, il y avait des tribus arabes chrétiennes. Déjà au IIIe siècle av. J.-C., il y avait des royaumes arabes à Tripoli, au Liban, et à Petra, en Jordanie, près des Nabatéens. Dans le même temps, deux tribus arabes de Syrie, les Manadhira et les Ghassanides, ont été signalées. Chrétiens et juifs ont préservé et transmis leur héritage culturel même après la pénétration de l'Islam.

Taha Hussain, écrivain égyptien de renom, rappelle dans l'un de ses nombreux écrits " que la poésie préislamique qui, bien que née avant la révélation coranique, était considérée comme un modèle inégalé d'expression artistique et de manifestation maximale de l'esprit et de la culture arabes, conditionne encore la production poétique qui, de manière générale, occupe et continue à occuper une place prépondérante, tant sur le fond que dans les expressions littéraires et artistiques (Paolo Branca, Voci dell'Islam moderno, Marietti 1991)

Après l'avènement de l'Islam, les communautés chrétiennes du Moyen-Orient et, en partie, les communautés espagnoles, sont rapidement devenues arabes, apportant avec elles le riche héritage des traditions grecque, copte, syriaque et latine. Ils ont le grand mérite d'avoir traduit en arabe les ouvrages scientifiques et littéraires les plus importants de la Grèce et du Syrie, permettant ainsi aux "envahisseurs nomades du désert", c'est-à-dire aux musulmans, de se rapprocher des disciplines orientales.

"Zoroastriens, Jacobites (coptes et syriaques), nestoriens, melkites et juifs ont traduit en arabe les traités d'astronomie, de médecine, d'alchimie, de philosophie, ainsi que des ouvrages littéraires et épiques. Ce travail de traduction a déterminé la création de nouveaux termes et le remodelage de la langue et de la grammaire arabes à la lumière de nouveaux schémas conceptuels, non seulement philosophiques, scientifiques et littéraires, mais aussi économiques et politiques. (...) Les centres de civilisations qui avaient éclairé l'Orient étaient en ruines, mais d'autres s'élevaient : Kufa, Damas, Bagdad, Kairouan, Cordoue, Séville, etc. Aujourd'hui, chercheurs et écrivains affluent en masse dans ces centres " (Bat Ye'or, Les chrétiens d'Orient entre jihad et dhimmitude, Paris, 1991, p. 276).

Ce phénomène a donné lieu à une grande floraison des arts et des lettres qui a duré tout au long du Moyen Âge. Charlemagne fut étonné des cadeaux que lui envoya le calife Haroun al-Rachid.

Les traductions de chrétiens et de juifs arabes ont permis à saint Thomas d'Aquin, philosophe, saint et docteur de l'Église (1225-1274), de découvrir Aristote et de jeter les bases de la philosophie moderne.

La culture européenne est entrée en contact avec la pensée du philosophe Yehia Ibn Takriti (+974), considéré comme l'un des plus grands du Xe siècle.

 

Grâce encore aux chrétiens, le Moyen-Orient a connu la presse, introduite pour la première fois au Liban et destinée à donner un nouveau dynamisme à la diffusion de la culture.

L'ouverture de l'Egypte aux étrangers par le vice-roi Mohamed Ali (le Kedive), 1769-1849, fit affluer un grand nombre de Syro-Libanais dans le pays. Nombre d'entre eux se sont consacrés avec profit au commerce et au journalisme. Le premier quotidien arabophone, Al Ahram, fondé par deux frères chrétiens, Bishara et Selim Takla en 1875, deviendra plus tard le plus important quotidien du monde arabe.

Le Caire et Beyrouth sont les principaux centres d'édition en langue arabe.

"Parmi les périodiques d'idées qui ouvrent une fenêtre sur la culture, la science et la technologie de l'Occident, il y avait au Caire deux produits des chrétiens libanais : "al-Muqtataf" de Ya'qub Sarruf (1852-1927) et Faris Nimr (1855-1951) et "al-Hilal" de Jurji Zaydan (1861-1914). Une entreprise similaire a été celle d'une encyclopédie, publiée dans des dossiers périodiques, produite par Butrus Bustani (1819-1883 et sa famille, un recueil des connaissances modernes, qui montre ce qui était connu et compris à Beyrouth et au Caire dans le dernier quart du XIXe siècle" (Albert Hourani, Storia dei popoli arabi, Arnoldo Mondadori Editore, 1992, pp.3CONOSCERSI PER CONVIVERE E COSTRUIRE LA PACE-304).

3. Caractéristiques du patrimoine culturel arabo-chrétien

Pendant des siècles, la culture dominante au Moyen-Orient était grecque, comme en témoigne la version en langue grecque des Évangiles. Souvent, cependant, on utilisait aussi le syriaque, le copte et l'araméen. Ce n'est que beaucoup plus tard que la langue arabe est devenue un facteur important dans l'unification des différentes cultures. L'arabe de tradition chrétienne, immergé dans un environnement musulman, a été appelé à clarifier continuellement sa foi, surtout pour la formulation de concepts que les non-chrétiens n'étaient pas toujours capables de comprendre, avec le risque de déformer le message évangélique. Il est nécessaire d'expliquer et de clarifier des termes qui ne sont pas toujours univoques, comme la Trinité, un concept qui, dans un environnement musulman, rencontre plus d'une difficulté, car il questionne la foi monothéiste. Pour cette raison, il semble qu'à la fin de chaque signe de croix, les fidèles du Moyen-Orient ressentent le besoin d'ajouter : "Dieu est Un et Unique. Amen !".

Les chrétiens, encouragés à manifester l'unité de leur foi même dans la multiplicité des confessions, ont donné lieu à une riche production de traités théologiques en arabe. Ces œuvres, qui remontent aux premiers siècles de domination islamique, ont une grande valeur œcuménique, car elles surmontent les divisions entre les différentes communautés et traditions chrétiennes.

Les premiers traités théologiques remontent au VIIIe siècle. Il y a aussi des commentaires en langue arabe sur la Bible, des lettres des apôtres et des prières liturgiques. Le premier code de droit canonique, qui remonte au XIIIe siècle, a été publié à Damas et est toujours en vigueur dans les Églises maronite et copte. La première traduction de l'Évangile remonte au IXe siècle, tandis que les litanies du roi David, traduites en vers au milieu du Xe siècle par l'évêque andalou El Hafs Ibn El Ber, sont considérées comme une perle de la littérature chrétienne arabe.

 

Dans le domaine de l'historiographie, la grande attention portée à l'histoire religieuse et civile par les communautés syriaque, grecque et copte au cours des siècles précédents s'est poursuivie avec les chrétiens arabes. Hunayn Ibn Ishak (809-873), médecin qui a écrit une histoire de l'humanité d'Abraham à l'avènement de l'Islam, et Ishak Ibn Hunayn (830-910), auteur d'une histoire de la médecine, se distinguent.

En plus des thèmes religieux, les œuvres d'auteurs arabes chrétiens concernent, jusqu'au XIIIe siècle, les sciences. Les traducteurs ont créé un vocabulaire pour les sciences médicales que la langue arabe n'avait pas. Les académies de Damas, Bagdad et Le Caire, fondées par des chrétiens, ont apporté une immense contribution à la construction du patrimoine linguistique et culturel arabe. Ici, les ouvrages grecs de médecine et de philosophie ont été traduits du syriaque vers l'arabe.

"Le premier travail scientifique en arabe fut un traité de médecine écrit en grec par Ahrun, prêtre chrétien d'Alexandrie, et traduit en arabe du syriaque en 683 par Masarjawayh, médecin juif de Bassorah, en Iran. A Babylone, sous les Abbassides, la médecine était encore enseignée en araméen. Ibn Bakhtishu (+771), médecin nestorien, appelé par al-Mansour à Bagdad, fonde un hôpital dont son fils (+801) devient le premier médecin. Un Jacobite, Yuhanna b. Masawayh (777-857), médecin, traducteur et ophtalmologiste, rédige le premier traité d'ophtalmologie en arabe (op. cit. p. 276).

L'orientaliste allemand Manfred Ullmann, dans son livre "Médecine dans l'Islam", rappelle que tout au long du Moyen Âge, les meilleurs médecins étaient les chrétiens arabes, dont les travaux étaient la source de la science médicale de l'époque.

Les mathématiques et la géométrie ont également retenu l'attention des traducteurs. Le mérite est dû à Kasta Ibn Luke (+ 912) qui a traduit "Les éléments" d'Euclide, a contribué à la création d'une terminologie mathématique arabe et a également composé une histoire de la pensée grecque et une encyclopédie d'histoire.

Yehia Ibn Gharir Gharir Al-Takriti (+1080) s'est distinguée en astronomie avec son ouvrage "Guide to the Science of Astronomy", considéré comme un texte classique.

Dans le domaine de l'art, les architectes, les maçons, les artistes et même les prisonniers, souvent recrutés comme ouvriers, jouent un rôle fondamental dans la promotion des techniques et des styles.

"Les motifs floraux et géométriques, l'abondance de reproductions animales, typiques de l'art persan et hellénistique, continuent à distinguer l'architecture omeyyade et abbasside. Le Dôme du Rocher à Jérusalem, construit entre 687 et 690, est de conception et de style byzantin ; Bagdad fut construit en 762 par cent mille architectes, ouvriers et artistes syriens et mésopotamiens. Cet immense travail de transmission de la science à travers la langue arabe atteint son apogée sous les premiers Abbassides, dont la cour, entièrement iranisée, s'efforce de reproduire les splendeurs du royaume de Cosroe et de la dynastie sassanide. C'était l'époque des traductions (750-850) encouragées par al-Ma'mum, fondateur en 830 d'une bibliothèque (Bayt al-Hikma) dans laquelle étaient traduites des œuvres en sanskrit, persan, araméen et grec" (p. 277).

Certains des auteurs chrétiens qui ont contribué par leur travail à la création du splendide patrimoine culturel arabe sont également bien connus en Occident : Hunayn Ibn Ishaq, considéré comme le plus grand traducteur du grec et du syriaque, dont les livres ont été payés par le poids d'or du calife Ma'amun, Bar Hebraeus, auteur du Chronicon et mort en 1286 et, à notre époque, Gibran Khalil Gibran, auteur du Prophète, mort en 1931. A côté de ces grands auteurs, il y a cependant un immense groupe d'auteurs, moins connus mais tout aussi importants, de livres d'histoire religieuse et civile.

4. Recensement du patrimoine culturel

Afin de faire connaître les auteurs chrétiens, un comité d'experts, coordonné par le P. Samir Khalil, qui dirige l'Université Saint-Joseph de Beyrouth, a commencé à cataloguer tout le matériel publié par les chrétiens en arabe. Ce sont des textes de philosophie, de mathématiques, de théologie, de botanique publiés dans le cadre d'un empire islamique imaginaire, de l'Inde à l'Andalousie. C'est une entreprise très importante qui servira à mettre en valeur et à faire connaître le patrimoine culturel arabo-chrétien. Jusqu'à présent, environ 2 000 auteurs et 20 000 œuvres ont été enregistrés, et seule une petite partie d'entre eux a été publiée.

Le comité de travail s'est mis d'accord sur certaines définitions. Par "patrimoine", nous entendons l'ensemble de la tradition chrétienne, en mettant l'accent sur la période classique (730-1350) ; par "arabe", nous entendons tout ce que les auteurs ont produit dans la langue du Coran. Essentiellement, ce recensement veut, avec une inspiration œcuménique claire, mettre en lumière un trésor d'une valeur inestimable, quel que soit le contenu des œuvres et des communautés chrétiennes auxquelles appartiennent les auteurs. Nous essayons ainsi d'inciter les chrétiens à redécouvrir leur identité arabe, au-delà des distinctions religieuses actuelles, et d'encourager la réappropriation des racines culturelles arabes, dans l'espoir de freiner l'exode de l'Occident.

5. Symbiose entre les civilisations

L'histoire enseigne que la civilisation est le résultat d'une synthèse entre tradition et nouveauté. Le principal mérite des chrétiens arabes est d'avoir amalgamé les civilisations syriaque, hellénistique et persane avec la civilisation arabe.

"Ce mouvement intellectuel a orienté les meilleures forces des communautés vers l'islamisation des scientifiques et des savants concernés pour pouvoir maintenir les conditions favorables à l'étude. Les raisons de la conversion du dhimmi savant étaient multiples : accès facile aux sources, bourses, jalousies et représailles contre les concurrents musulmans. Ce courant islamique s'est accru avec le grand flux des libertés et des esclaves. On se souvient d'Abou Hanifa (767), fondateur de l'école de droit hanafite, du musicien persan Ibrahim al-Mawsili (742-804), de Jawhar, conquérant de l'Égypte (969) par le fatimide al-Mu'izz, et fondateur du Caire et de la mosquée al-Azhar. (op. cit. p. 277-279).

Cette symbiose s'est répétée plus récemment, avec la renaissance de la culture arabe vers la fin du XIXe siècle. La civilisation est précisément ceci : une fusion harmonieuse du passé et du futur.

 

                                                                                            Giuseppe Samir EID

 

Libre traduction de l’italien par internet

 

Les articles publiés visent à fournir les outils d'une inclusion sociale des flux migratoires, à mettre en lumière les droits de l'homme et les conditions de vie des chrétiens dans le monde islamique dont l'auteur est issu. La connaissance de l'autre, des différences culturelles et religieuses sont des ingrédients essentiels pour créer la paix dans le cœur des hommes partout dans le monde, condition préalable à une coexistence pacifique et à une citoyenneté convaincue sur le territoire.